Après la légitimation par le pape de l’usage de la force contre l’Etat islamique, les patriarches et les catholicos orientaux réunis le 27 août dernier au patriarcat maronite de Bkerké au Liban nous somment de procéder à l’éradication de l’Etat islamique. Il y avait réuni les représentants des cinq Eglises d’Antioche (deux de rite byzantin dont l’une orthodoxe et l’autre catholique, trois de rite syriaque dont deux catholiques et une pré-chalcédonienne), les représentants de deux Eglises arméniennes, le catholicos de la Grande Maison de Cilicie (Eglise pré-chalcédonienne) et le catholicos arménien-catholique, le représentant de l’Église chaldéenne de l'Orient (catholique). Au Levant et en Mésopotamie les catholiques sont majoritaires, nous ne sommes pas en Egypte, ce qui explique la prédominance des Eglises catholiques, cinq sans compter la latine.

L’heure est grave. Que des patriarches et catholicos riches d’une longue expérience de prudence humaine, de trésors de diplomatie et parfois même de duplicité, expérience qui leur a souvent permis durant quatorze siècles de plier tel le roseau sans se briser, en soient unanimement à appeler à la guerre et à l’éradication du califat naissant est un événement majeur sans précédent dans l’histoire.

L’objectif de ces manifestations est notre entrée en guerre pour briser l’Etat islamique. La France doit comme sa sœur russe renouer avec sa tradition de protection des chrétiens d’Orient. Il incombe à la Russie et à la France de réparer les « quatrièmes croisades » réitérées à l’envi par l’Oncle Sam, Oncle Sam dont la vilenie n’a d’égal que celle de la Venise de 1204. Le problème de ces manifestations est le risque d’irénisme, l’une d’elles ayant pour mot d’ordre : « Non au choc des civilisations ! ». Comme si l'Histoire n'avait pas infligé à Francis Fukuyama un cinglant démenti à sa théorie de fin de l’Histoire et pas montré que la thèse d'Huntington était plus opératoire !

Malgré tout l’important est d’y être et de contribuer à ne pas dédouaner l’islam de la catastrophe. Dalil Boubakeur s’est livré à un exercice d’équilibriste dans son Appel de Paris en faveur des chrétiens d’Orient, appel qui n’a néanmoins pas été signé par l'UMF et l'UOIF. Il arrive cependant à Dalil Boubakeur, entre deux pirouettes, de faire preuve d’une sincérité fulgurante quand par exemple il affirme que l’islam est une religion d’agression.

D’autres voudraient qu’on s’allie avec les complices de l’Etat islamique. C’est ainsi que le sénateur Nathalie Goulet très inquiète des risques d’attentat en Europe propose rien de moins qu’une sorte de Patriot act qui réduirait nos libertés publiques. Qui plus est un Patriot act à l’échelle européenne en incluant la Turquie !!!! Turquie qui vient de refuser de faire partie d’une coalition contre son protégé, l’Etat islamique. Dans un commentaire d’une brève de Nouvelles de France, Nathalie Goulet se prétendait ouverte à la discussion. Elle n’a jamais répondu à ce que je lui ai écrit :

« Madame le Sénateur,

Je n’ai pas très bien compris ce que vous vouliez dire en écrivant : « Au niveau européen, en incluant la Turquie…». Vous voulez associer la Turquie néo-ottomane et jihadiste (elle aide les islamistes égorgeurs de chrétiens en Syrie et les milices de Mistrata en Libye à prendre le dessus sur les berbères de Zenten ) à l’Europe !

Comme je sais que vous avez des amitiés pour la Turquie génocidaire (persister dans le négationnisme c’est perpétrer le crime de génocide), je suis inquiet. La négation et l’impunité du génocide des Arméniens, des Syriaques, des Assyriens et des Grecs pontiques, c’est-à-dire la destruction des chrétiens d’Asie mineure est ce qui autorise aujourd’hui la destruction des chrétiens de la zone arabe de l’ex Empire ottoman et favorisera le carnage que vous semblez redouter en Europe.

A vous lire. »

Bref, encore une fois c’est Eric Zemmour qui a mis les pieds dans le plat. Quand les chrétiens d’Orient auront été chassés du monde arabe comme l’ont été naguère les juifs, que l’Europe sera devenue à son tour la cible des jihadistes, se posera alors la question de la présence des musulmans en Europe. C’est ce que j’écrivais à Florian Philippot il y a presque deux ans, je citais Régis Debray qui concluait un colloque (de 2007) en déclarant que la survie des chrétiens d’Orient était un enjeu de civilisation, que s’ils ne pouvaient pas en Orient être des citoyens à part entière, il n’y aurait pas d’avenir en Europe pour les musulmans. Eric Zemmour affirme que ces gesticulations de mahométans en faveur des chrétiens d’Orient (maintenant que le mal est fait) ne sont dictées que par la peur de voir leur présence en Europe compromise.

La manifestation d’aujourd’hui 14 septembre, soutenue entre autres par Virginie Tellenne (Frigide Barjot), aura lieu sur la place de la République de 14 à 16 heures.

La manifestation de dimanche prochain 21 septembre à l’appel de Civitas aura lieu à 14 heures place de l’Opéra.

Salut et fraternité, Pascal Olivier.