Au Conseil Municipal d’Aix du 1er février 2016, la subvention à la fameuse association ASTI (Association de solidarité avec les travailleurs immigrés) a été votée comme un seul homme par la gauche et la droite (le Maire l’ayant remise à l’ordre du jour). Je rappelle que cette association est un nid de gauchistes immigrationnistes anti-France car lorsque l’on parcourt le site de la fédération de toutes les ASTI de France, on est édifié sur leurs projets !

Petits florilèges de leurs campagnes, actions pro-immigration, communiqués etc :

  • c’est la politique européenne qui tue les migrants pas les passeurs ;

  • défenses des droits des étrangers face à l’application des lois discriminatoires sur l’entrée et le séjour des étrangers et asile ;

  • la régularisation de toutes les personnes sans papier ;

  • la liberté de circulation et d’installation pour tous (chez les autres pas chez eux et avec nos sous!) ;

  • annulation de l’agence Frontex avec la fameuse affiche FONTEXIT : «l’Europe est en guerre contre un ennemi qu’elle s’invente (on l’a vu en 2015 chez nous) ;

  • manifeste pour un titre de séjour unique, valable 10 ans, délivré de plein droit ;

  • bulletin mensuel d’information « Ouvrons les frontières » ;

  • matériel militant : T-Shirt, autocollants, badges « ouvrons les frontières » etc… ;

  • non à l’état d’urgence (il faut laisser faire et se faire tuer en toute passivité je suppose!) ;

  • Attaque du 7 janvier 2015 . Communiqué : «nous restons vigilants et nous nous opposons avec force à tous ceux qui voudront récupérer ce tragique événement pour alimenter la haine, le racisme et l’islamophobie (rien que ça!). Ce sont des musulmans qui nous tuent mais c’est nous qui sommes islamophobes, allez comprendre ! ;

  • projet de loi immigration: à quand une loi respectueuse des droit des étrangers (à quand les devoirs?) ;

  • campagne RSA ;

  • la question de l’enfermement des personnes migrantes : contre les centres de rétention administratifs (CRA) ;

Je reviens au conseil municipal. Les arguments suite à mon intervention ont été curieux : cette association existe depuis très longtemps, elle est subventionnée par les conseils Régional et Départemental, elle n’a pas de liens juridiques avec Paris, elle œuvre depuis toujours pour l’alphabétisation, c’est une association anti-raciste.

Ce n’est pas parce que l’ASTI existe depuis longtemps et qu’elle est subventionnée par toutes les institutions qu’elle est honorable.

Pas de liens juridiques avec Paris ? Pourquoi est-elle répertoriée sur le site de la maison «mère» à Paris en l’occurrence la fédération des Asti ? C’est comme si on me disait Mme Solari, vous êtes élue à Aix mais vous n’adhérez pas au programme du FN n’est ce pas ? De qui se moque t’on ?

Une élue UDI de la majorité municipale m’a même demandé d’aller rendre visite aux «gauchistes» pour voir leur travail sur place. Après le Conseil, je suis allée la voir pour lui signifier mon refus de cautionner une association anti-française.

Les UMPS sont tous partis contents d’avoir joué un sale tour à l’élue FN.

Cela me fait penser au 2e tour des élections régionales. Tous contents d’avoir échappé au pire. Quand le journal la Provence m’a demandé mon avis j’ai répondu :je suis déçue et en colère. Les Républicains n’ont pas à pavoiser. Cette victoire est un déni de démocratie… l’UMPS a pris toute sa signification…

Exemple, Gaëlle Lenfant (alors toujours vice-présidente du Conseil Régional PS) a dit : « si Estrosi a été élu c’est grâce au peuple de gauche. S’il met en place un conseil de territoire, je souhaite y participer ».

Christian Kert (député LR de la 11ème circonscription) a dit : « La gauche est venue au secours de notre équipe, il ne faut pas l’oublier non plus. Je suis favorable au conseil de territoire ».

Voilà c’est fait : Le président Christian Estrosi offre une tribune à ses adversaires non élus au cours de la Deuxième assemblée plénière au Conseil régional Paca vendredi 29 janvier 2016 avec la création, inédite en France d’une «Conférence régionale consultative». Cette assemblée comprendra 150 membres. Elle sera codirigée par l’actuel président de Paca et ses trois prédécesseurs, MM. Gaudin, Pezet et Vauzelle. Tous les courants et partis ayant pris part en décembre à la compétition électorale pourront y désigner leurs représentants, de même que les cultes, les acteurs culturels, économiques et universitaires.  Cette instance inédite siégera chaque trimestre dans l’hémicycle à Marseille au grand dam des élus FN, qui ne voient là que «gadget» et «mascarade» et ils ont raison. Combien cela va t-il coûter au contribuable ?

J’espère qu’en 2017, les Français s’en souviendront.

Josyane Solari