Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), avatar de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR de Krivine et de Besancenot), avait publié un communiqué le 17 août dernier qui s’intitulait : « Stop à l’islamophobie d’État ! Non à l’interdiction des burkinis ! ». Il commençait par une interrogation : « M. Valls, J. P. Chevènement, en campagne pour le FN ? » et se terminait par un appel à une large riposte : « Face à ce déchaînement nauséabond et à l’offensive sécuritaire, une riposte large s’impose contre le racisme et l’islamophobie, contre la répression et l’état d’urgence, pour l’égalité des droits ».

Par un heureux hasard le NPA tenait son Université d’été à Port-Leucate du 23 au 26 août, Port-Leucate qui justement fait partie des villes ayant pris un arrêté anti-burkini. Le NPA au complet, ou presque, avait l’occasion rêvée d’organiser séance tenante la fameuse « large riposte ».

Le 25 août à midi les islamo-collabos se rendirent en cortège pour patauger tout habillés dans l’eau en contravention avec l’arrêté municipal. Puis, après s’être ébroués, ils se dirigèrent vers la mairie annexe devant laquelle Christine Poupin, porte-parole du NPA, revendiqua ce haut fait de résistance. La manifestation se termina par les youyous de rigueur.

Aux trotskistes d’Allah comme les appelle Martine Chapouton, et avant qu’ils ne subissent inévitablement le sort du parti Toudeh, je dédie la première partie du film de Dziga Vertov, Trois chants sur Lénine. Ce film de 1934 est une célébration de Lénine mort dix ans plus tôt. Pour mémoire les trotskistes se revendiquent comme les véritables héritiers de Lénine.

« Le premier chant est intitulé Mon visage était dans une prison obscure. Il s'ouvre sur un homme priant dans une mosquée tandis qu'un aveugle déambule. Puis des femmes voilées par un paranji proche d'un tchador et ployant sous leur fardeau permettent un parallèle sur la déshumanisation attribuée à la culture islamique par l'Occident. Ce film s'inscrit dans la campagne d'athéisme dans les pays d'Asie centrale dans les années 20 et 30, dont un des mots d'ordre était l'oppression de la femme par l'Islam. Les scènes suivantes se concentrent sur une jeune fille qui, lisant Lénine, se dévoile et apparaît souriante. Ainsi dévoilée, elle cultive un jardin, conduit un tracteur, etc. La scène finale montre la famille écoutant la radio qui annonce la mort de Lénine et déplorant la disparition de celui qui leur avait rendu la lumière » (extrait Wikipédia).

Voici la vidéo du film, hélas en version sous-titrée en anglais, le premier chant commence à 3:40 et se termine à 18:40 :

 https://www.youtube.com/watch?v=JeWK5iRp0BE