Mercredi 1er février 2017, le ministre de l’intérieur Bruno le Roux a annoncé la fermeture administrative à Aix-en-Provence de la salle de prière Dar es Salam dite la mosquée du Calendal  dans le quartier d’Encagnane. C’est étonnamment la première dans le département. Il faut savoir que cette salle avait été inaugurée par la précédente municipalité socialiste qui a dirigé la ville de 1989 à 2001 et agrandie sous la mandature de Mme Joissains actuel maire d’Aix depuis 2001. Les locaux HLM appartiennent à Pays d’Aix Habitat et le maire confirme louer ces locaux «pour une somme modique, ainsi que l’agrandissement de cette salle car elle était trop exiguë. Il y avait des prières dans la rue. Ils ont procédé à l’extension quand un appartement mitoyen de Pays d’Aix Habitat s’est libéré». Il faut noter que personne ne voulait de l’appartement situé à côté de la mosquée, on  comprend !

Comme d’habitude, la loi de 1905 est détournée puisque le loyer est modique et bien évidemment il y avait des prières de rue alors… on contourne la loi sans se rendre compte que cette façon illégale d’utiliser l’espace public est faite pour faire plier les municipalités, subterfuge de victimisation connu et bien sûr Kamel Saïdi, vice-président de l’Association d’études et de recherches islamiques à Aix-en-Provence dit «qu’il faut une mosquée, un lieu digne pour éviter les problèmes, que la fermeture du Calendal n’est pas une solution car elle expose la communauté à des amalgames».

Nous y voilà, les habituels amalgames comme si ce n’était pas le Coran qui posait problème avec ses textes belliqueux. Ce n’est pas une grande mosquée qui aurait changé les prêches extrémistes de l’imam.

L’enquête aura duré un an avant que le préfet de police des Bouches-du-Rhône M. Laurent NUNEZ fasse fermer la salle de prière «un lieu de référence influent de la mouvance salafiste...» les prêches de l’imam Charef M’Rabet ainsi que les messages diffusés par sa nièce auprès des habitants du quartier ont poussé le préfet à prendre cette mesure radicale «la fréquentation de ce lieu de culte est en forte hausse, notamment sous l’influence de son actuel imam. Il se signale par le caractère radical de ses interventions, tant lors des prêches drainant une audience de 300  fidèles lors de la prière du vendredi que sur son compte facebook qui diffuse et relaie ses théories. Il prône un islam rigoriste, appelant à la discrimination et à la haine, axé sur son animosité à l’égard des autres cultes». Des propos qui «tendent à rejeter l’autorité de l’État ainsi que la laïcité, la démocratie et les constitutions qui sont contraires à la loi divine…»

«Des pressions quotidiennement exercées sur les habitants du quartier par les fidèles de la mosquée…se traduisant par un changement de comportement affectant particulièrement la sphère éducative». Plusieurs élèves du quartier sont déscolarisés depuis plusieurs mois.

«Ce lieu de culte comptait enfin parmi les fidèles des individus adeptes d’un islam radical, entretenant des relations avec d’autres individus connus pour leur radicalisation et leur proximité avec des personnes prônant le djihad» a précisé Bruno le Roux, ministre de l’intérieur.

Aucune poursuite pénale à l’encontre des responsables de la salle ou de l’imam n’ont pour l’heure été engagées ! Les poursuites c’est pour les patriotes pas pour les extrémistes dangereux et haineux qui menacent notre vie.

Mohamed Bettouche, un des responsables de la salle de prière disait en 2016 qu’il n’y avait pas de «gens radicalisés mal pensants qui venaient dans cette mosquée. Les prêches du vendredi sont dit en arabe et en français et notre imam est reconnu par le conseil national du culte musulman»

Il est depuis mercredi injoignable comme les autres responsables de la salle selon le journal La Provence. Quant à certains fidèles, ils disent qu’ils ne comprennent pas la fermeture car l’imam n’avait rien d’extrême . «Nous sommes juste des pratiquants, des fidèles qui viennent faire leur prière». Ça augure de ce qui nous attend des fidèles qui prient quand ils passeront à l’acte !

Senouci Benyoub, président de l’association des familles musulmanes de Provence a entendu dire que ce lieu était «en ligne de mire depuis un moment, mais je n’ai rien relevé de particulier dans les discours». Ce qui est grave c’est qu’il lui est arrivé d’y prier ! Soit il est sourd, soit il fait l’autruche ! Par contre bien évidemment, il veut une vraie mosquée ! « Quand Bertrand veut aller prier dans un endroit sain (ce monsieur est médecin), il peut aller à l’église,  Moïse peut aller à la synagogue. Mettez-vous à la place d’un musulman, ici pour prier il faut aller dans une cave». Les locaux du Calendal ne sont pas une cave que je sache !

Ils sont prêts à tout pour nous imposer une mosquée à Aix. Je suis claire, je n’en veux pas, comme je ne veux pas de halal, de burqua, de foulard, etc. L’identité provençale est très forte et doit le rester : crèches, santons, calissons, pastorale Maurel, Marcel Pagnol, Jean Giono, Frédéric Mistral, nombreuses églises, cloîtres, abbayes etc. Je pense qu’une mosquée défigurerait notre paysage culturel.

Tenez bon madame le maire, vous qui avez refusé jusqu’à présent la construction d’une mosquée car l’islam ne fait pas partie de notre culture.

Vous avez  indiqué à la Provence du jeudi 2 février 2017 que le mois dernier, lors d’une promenade dans le quartier d’Encagnane avec le préfet à l’égalité des chances, ayant croisé deux femmes enturbannées de la tête aux pieds, le préfet leur a fait remarquer que c’était interdit sur la voie publique, elles lui ont répondu qu’elles s’en foutaient !

Pourquoi n’a-t’il pas appelé la police pour faire respecter la loi ? Comme toujours : reculade et laxisme au plus haut niveau de l’État. On ne s’en sortira pas, nos gouvernants sont allés trop loin dans l’abandon de leurs sacro-saintes valeurs républicaines. L’État préfère persécuter les patriotes il y a moins de risque pour la paix sociale.

Voilà pourquoi il faut tous continuer à nous battre contre les associations cultuelles et culturelles qui distillent la haine de notre pays avec nos sous !

Je répète ce que j’ai toujours dit : A Rome, vis comme les Romains, sinon, il y a 57 pays musulmans prêts à accueillir les adeptes du Coran et du vivre ensemble à la sauce musulmane où dans les pays musulmans les autres cultes sont interdits ou à peine tolérés avec des contraintes énormes de visibilité.

Je vais être traitée de raciste. Mais est-ce un crime de vouloir préserver notre civilisation et vouloir lutter contre l’obscurantisme mahométan ?

Josyane Solari