Le deuxième tour de la primaire de la gauche a opposé, avec le résultat que l’on sait, les enfants terribles du rocardisme, les bébés Rocard que sont Manuel Valls et Benoît Hamon. Le défait Manuel Valls est celui-là même qui avait naguère confié la direction du MJS à Benoît Hamon. L’autonomie que Michel Rocard avait conféré au MJS vis-à-vis du PS permettra à Benoît Hamon de tisser patiemment sa toile.

Benoît Hamon s’engage pour la première fois en politique à l’âge de 19 ans, contre la loi Devaquet. C’était il y a trente ans. Le 6 décembre 1986 Malik Oussekine mourait matraqué et tabassé par deux policiers à moto (voltigeurs).  

Ce tragique événement continue à être exploité de nos jours à travers un hypothétique syndrome Malik Oussekine, syndrome qui a bon dos. L’affaire n’aurait sans doute pas eu le même retentissement si le Père Desjobert avait révélé plus tôt l’intention de Malik Oussekine de devenir prêtre : « Bien que de tradition musulmane, il avait choisi la religion catholique car Malik était français et voulait continuer à vivre dans ce pays où le catholicisme est la religion dominante » (Libération du 22 mars 1987). La sépulture de Malik Oussekine a été un enjeu entre la France et l’Algérie. Il sera finalement enterré au Père Lachaise, l’habileté du Florentin François Mitterrand qui avait rendu visite à la famille du défunt a probablement pesé dans ce choix. Mais sur sa tombe point de symbole chrétien, elle est islamique, y figure un verset du Coran, et un croissant. Si vous passez un jour au Père Lachaise je vous invite à réparer cette injustice en vous signant devant sa tombe. Que vous soyez croyant ou non, chrétien ou non, peu importe, un minimum d’orthopraxie civilisationnelle ne peut pas faire de mal. C’est le meilleur hommage que l’on puisse rendre à Malik Oussekine dans la poche duquel on avait découvert un Nouveau Testament.

Cette malheureuse affaire qui a eu lieu pendant la première cohabitation a été habilement exploitée par François Mitterrand pour se faire réélire en 1988. Jacques Chirac dut patienter jusqu’en 1995 avant de pouvoir contenter BHL en donnant son aval à la guerre islamo-otanienne contre les orthodoxes en Yougoslavie. 

Le syndrome Malek Oussekine est souvent évoqué (hélas y compris dans nos rangs) à propos de l’inaction et de la complaisance de la police dans le cadre de graves atteintes à l’ordre public, comme par exemple les violences et la casse des « Nuits de boue » et autres contestataires patentés par le pouvoir. Supercherie ! Il suffit de voir avec quel zèle et quelle brutalité Valls ministre de l’Intérieur a réprimé le très pacifique mouvement de 2013 contre la loi Taubira. Ce n’est pas sans émotion que ceux qui ont vécu cette formidable révolution anti-libérale qui a sonné le glas de la contrerévolution libérale soixante-huitarde regarderont cette vidéomusique du groupe FTP, Veilleur de civilisation : https://www.youtube.com/watch?v=SvSwZ3tKk4w

Quid des colons qui cherchent à tuer nos policiers ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu de descente de police à la Grande Borne après la tentative d’assassinat des policiers dans leur voiture ? Parce qu’il y a là-bas mille hommes en armes répond Philippe de Villiers et qu’il faudrait donc envoyer l’armée. Lors des pogromes anti-républicains de l’automne 2005 à Grigny, ce n’est qu’un seul fusil de chasse (celui d’un imam ou de son fils semble-t-il) qui avait sévi contre la police. Nicolas Sarkozy alors ministre de l’Intérieur avait tout fait pour que la police ne réplique pas et que la chose ne s’ébruite pas. Résultat, aujourd’hui c’est mille hommes en armes qu’il faudra affronter, rien qu’à Grigny-Viry-Chatillon ! 

En 2013, dans le fief de Benoît Hamon, à Trappes, ville très largement colonisée, le commissariat de police avait subi un assaut et essuyé des tirs à l’arme automatique après le contrôle d’une eniqabée. On comprend mieux l’islamo-collaboration sans détour de Benoît Hamon qui met sur le dos de la tradition ouvrière française la misogynie islamique qui interdit de bistrot les mahométanes à Sevran et ailleurs !

Valls est aussi un islamo-collabo mais beaucoup moins coté par les mahométans. Et pourtant il est réellement islamo-collabo. C’est lui qui préconisait un financement public de l’islam au mépris de notre loi et de notre tradition laïques et républicaines. Pas assez collabo pour nombre de mahométans qui ont appelé à le battre. Ils lui ont fait payer son virage pro-israélien et son bras de fer avec Dieudonné.

La génération Dieudonné est le nom attribué par Alexandre Devecchio dans « Les nouveaux enfants du siècle » à la génération coran ou jihad. Dieudonné enfant de l’antiracisme des années quatre-vingt et de l’anti-FN et qui finit dans la concurrence victimaire, dans le communautarisme, dans l’antisémitisme. La génération « anti-feuj », « anti-céfran », « anti-bolos » en quelque sorte qui a adoubé Benoît Hamon. Malik Oussekine doit se retourner dans sa tombe.

Pascal Olivier